Home Ille-et-Vilaine.fr

Mediatheque-départementale
  • RSS
  • Nous contacter
  • Nous suivre sur Facebook (Archives)
  • Nous suivre sur Twitter (archives35)

Archivistes du XXe siècle

published on 25.03.2014

Le directeur des Archives départementales, archiviste paléographe depuis 1890, définit la politique d'archivage et supervise les activités de collecte et de traitement des archives. Plusieurs archivistes se sont succédé à la tête des Archives départementales d'Ille-et-Vilaine depuis leur création en 1796. Ils ont agit dans le contexte de leur époque, chacun ?uvrant à sa manière pour conserver des fonds toujours plus nombreux.

Paul Parfouru (1890-1905)

Paul Parfouru, ancien élève de l'Ecole des chartes, est nommé en 1890 à la tête des Archives départementales, succédant à Edouard Quesnet. Il est le premier chartiste chargé des Archives d'Ille-et-Vilaine. Originaire de la Manche, il a fait ses preuves durant seize ans aux Archives départementales du Gers. Auteur de nombreuses études historiques, vice-président de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine, membre actif de l'Association artistique et littéraire de Bretagne, il est chargé de cours de diplomatique et de paléographie à la faculté des lettres. Promu officier d'académie en 1895, il a reçu en 1893 la rosette d'officier de l'Instruction publique. Il décède à Saint-Lô en 1905. 
Le travail réalisé par Paul Parfouru aux Archives départementales fut considérable : classement des versements de la préfecture entassés jusqu'alors sans ordre ; incorporation aux Archives départementales du fonds très important du parlement de Bretagne demeuré au greffe de la cour d'appel ; approbation par le ministre du cadre de classement des archives du parlement suivi d'un répertoire de 15.000 fiches manuscrites ; don des documents originaux et des notes d'Arthur de la Borderie, le grand historien de la Bretagne en l'honneur duquel le dépôt d'archives devient en 1902 «le pavillon La Borderie» ; reconnaissance en 1895 à Saint-Malo des archives de l'amirauté et du consulat de cette ville. 

André Lesort (1905-1912)

Originaire de Rouen où il est né en 1876, André Lesort exerce à sa sortie de l'Ecole des chartes diverses missions temporaires à l'étranger et aux Archives municipales de Cambrai avant de diriger les Archives de la Meuse de 1901 à 1905. Il prend possession de son poste aux Archives départementales d'Ille-et-Vilaine en mars 1905. Chargé de cours d'histoire de l'art à l'école régionale des Beaux-arts de Rennes, il donne des conférences aux élèves de l'école normale sur les archives communales. Il exerce les fonctions de conservateur des antiquités et objets d'art du département. Il quitte l'Ille-et-Vilaine en 1912 pour la Seine-et-Oise puis dirige de 1928 à 1941 les Archives de la Seine et de la ville de Paris. Il meurt à Versailles en janvier 1960.

André Lesort a poursuivi les classements de son prédécesseur dans le fonds des États de Bretagne et des dossiers civils du parlement. Il a inventorié le fonds de l'amirauté de Saint-Malo et assuré le traitement des fonds de la cour d'appel et des tribunaux de Fougères et de Saint-Malo. Mais son oeuvre essentielle est la publication de 1909 à 1912, en collaboration avec Henri Sée, des quatre volumes des Cahiers de doléances de la sénéchaussée de Rennes en 1789.

Henri Bourde de La Rogerie (1912-1934)

Né en Mayenne en 1873, Henri Bourde de La Rogerie, ancien élève de l'Ecole des chartes, licencié en droit, dirigeait les Archives départementales du Finistère avant sa venue à Rennes en 1912. Il fut également président de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine, président de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne ainsi que conservateur des antiquités et objets d'art du département. En 1934, il quitte les Archives d'Ille-et-Vilaine Après sa mort en 1949, la plupart de ses notes de recherche sont remises aux Archives d'Ille-et-Vilaine.
Son oeuvre scientifique est intimement liée à sa fonction et de nombreuses publications témoignent de ses classements et de ses recherches. Il publie le tome III de l'Inventaire sommaire de la série C (intendance et Etats) et travaille notamment sur les archives du parlement dont il tire son étude sur la réformation de la noblesse. Chaque année, il publie la bibliographie bretonne et la chronique d'histoire et de littérature de la Bretagne dans la revue de l'Université, les Annales de Bretagne. 

René Gandilhon (1934-1940)

 Né à Bourges en 1907, ancien élève de l'Ecole des chartes, fils de l'archiviste du Cher, archiviste adjoint de Haute-Garonne pendant trois ans, René Gandilhon est nommé à Rennes en août 1934. La guerre désorganise le service et il est nommé en 1941 archiviste de la Marne. Il est promu inspecteur général des archives en 1971 et meurt à Paris le 1er décembre 1990. 
René Gandilhon fait preuve dans ses activités d'un esprit novateur : publication du premier répertoire numérique d'une série moderne et de plaques photographiques, ouverture d'un registre des «nouvelles acquisitions», organisation et participation à des expositions d'archives?Il est également à l'origine de la construction d'un bâtiment annexe, situé sur l'emplacement du bâtiment conventuel de l'abbaye Saint-Melaine, pour entreposer les nouvelles archives car le dépôt est saturé aussi bien au pavillon La Borderie qu'au palais de justice.

Henri-François Buffet (1941- 1972)

Né à Lorient en 1907, licencié ès lettres, titulaire du diplôme technique des bibliothèques, ancien élève à l'Ecole des chartes, il est nommé à la tête des Archives départementales d'Ille-et-Vilaine en septembre 1941. Il avait occupé auparavant diverses fonctions au Collège de France, aux Archives nationales et à l'Ecole des chartes avant d'être nommé en 1937 aux Archives de la Meuse. Il participera au déménagement des archives du pavillon La Borderie et de ses annexes au bâtiment Jules Ferry en 1968. En reconnaissance de ses travaux, il est décoré de la Légion d'honneur et promu officier du Mérite et officier de l'Instruction publique. De santé fragile, il s'éteint à Rennes en fonction le 2 janvier 1973.
Dans son travail professionnel, Henri-François Buffet se préoccupe du classement de nombreuses séries d'archives. Il consacre surtout son énergie à développer la série F dont il publie un catalogue en 1949-1952. Il rédige également en 1959 le Répertoire de la presse et des publications périodiques d'Ille-et-Vilaine de 1784 à 1958, complété en 1969 par la Bibliographie de la presse française politique et d'information générale de 1865 à 1944, éditée par la Bibliothèque nationale. Il publie également en 1962 le Répertoire des fonds de l'amirauté de Saint-Malo, et en 1965 le Guide des Archives d'Ille-et-Vilaine, l'un des premiers en France. 
A côté de ces tâches archivistiques, Henri-François Buffet donne une place importante à ses recherches personnelles. Historien de Port-Louis, il y consacre sa vie entière. Il publie à la veille de son décès Vie et société au Port-Louis, des origines à Napoléon III. Curieux de la Bretagne, il en décrit les costumes, les traditions, les paysages dans des études sur le folklore. En 1964, il publie, par piété familiale, un livre de souvenirs intitulé En relisant leurs lettres. 

Jacques Charpy (1973-1991)

Après avoir exercé les fonctions de chef de service des archives de l'Afrique Occidentale Française et de directeur des services d'archives du département du Finistère, Jacques Charpy prend ses fonctions à Rennes en mai 1973. Après de nombreux travaux de classement et un enrichissement important des instruments de recherche, Jacques Charpy prend sa retraite en novembre 1991. Michel Maréchal, actuel directeur, lui succède en décembre 1991. 
Durant «les années Charpy», ont été créés le service éducatif des Archives départementales, l'atelier de reliure en 1976 puis l'atelier de restauration en 1980 ainsi que l'atelier de microfilmage et de photographie en 1979. Le personnel s'accroît passant de 7 à 21 agents. La fréquentation par les chercheurs croît également lors de cette période. En 1980 sont créés également les services municipaux d'archives à Saint-Malo et Fougères, le poste d'archiviste de Rennes passant en 1re catégorie. Cette année voit également l'ouverture de la série W (loi du 31 décembre 1979) pour les archives postérieures à 1940. L'indexation informatisée des fonds débute en 1983. En 1986, les Archives départementales deviennent un service du Conseil général suite aux premières lois de décentralisation.