Home Ille-et-Vilaine.fr

Mediatheque-départementale
  • RSS
  • Nous contacter
  • Nous suivre sur Facebook (Archives)
  • Nous suivre sur Twitter (archives35)

Anciens bâtiments des archives départementales

publié le 25.03.2014

La conservation des documents par les Archives départementales répond à une obligation légale : préserver les sources qui vont servir à l'écriture de l'histoire des habitants et des institutions du territoire correspondant à l'actuel département d'Ille-et-Vilaine. 
L'Etat impose également la conservation de certains documents à titre réglementaire. Leur nombre ne cesse de s'accroître et très vite les bâtiments abritant les archives deviennent trop petits. Ce fut le cas des annexes du palais de justice, du pavillon de la Borderie mais aussi du bâtiment Jules-Ferry. 
Mais déménager des siècles d'archives est loin d'être une tâche facile! Un tel déménagement ne s'envisage que tous les trente ou quarante ans.

Le Pavillon de la Borderie (1885-1968)

La construction du Pavillon de la Borderie, situé «près de l'Orangerie et en façade sur le mur de séparation du jardin de la préfecture du côté de la place Saint-Melaine», est votée en 1877 alors que le plancher des archives, situées à cette époque au palais de justice (Parlement de Bretagne), menace de céder. 
La réalisation du bâtiment, avec poteaux en fonte et poutres en fer pour donner plus de résistance aux planchers, est confiée à l'architecte du département, Hippolyte Béziers-Lafosse.
En creusant les fondations, on découvrit deux amphores renfermant un trésor considérable dont 10 bagues en argent et 16.368 monnaies datant du Ier au IIIe siècle. 
Construit à l'emplacement des anciennes orangeries de l'hôtel de Ruberso, l'édifice de style néogothique reste en fonction jusqu'en 1968.

Le Bâtiment Jules-Ferry (1968-2006)

En 1966, les archives occupent 8900 mètres linéaires de rayonnages, parfois sur deux rangées, sans compter les dossiers entassés dans les trois dépôts (La Borderie, Saint-Melaine et le palais de justice), dans une cave de l'hôpital psychiatrique et une baraque du service de la construction.
Pour résoudre ces problèmes de place, le président du Conseil général, député-maire de Rennes, l'historien Henri Fréville, décide l'assemblée départementale à faire construire un nouveau dépôt. Les architectes Rème et Lemercier érigent, face au restaurant universitaire de la rue de Fougères (aujourd'hui angle de la rue Jean-Guéhenno et de l'avenue Jules-Ferry), une architecture imposante permettant d'abriter 29.000 mètres linéaires environ de rayonnages. 
Le transfert des archives est réalisé du 11 janvier au 23 février 1968. L'inauguration officielle du nouveau dépôt d'archives a lieu le 27 juin 1969 à l'occasion du congrès national des Archives de France.