Home Ille-et-Vilaine.fr

Mediatheque-départementale
  • RSS
  • Nous contacter
  • Nous suivre sur Facebook (Archives)
  • Nous suivre sur Twitter (archives35)

Le bâtiment des archives

publié le 09.07.2014

Le bâtiment

Réalisé par le cabinet d'architecture parisien Ibos et Vitart, le bâtiment des Archives départementales d'Ille-et-Vilaine ne manque pas d'intriguer dans le paysage du quartier périurbain de Beauregard à Rennes. D'une grande visibilité, le bâtiment est placé sous le signe de la lumière et de la transparence.  Vaste et moderne, il pallie les nombreuses carences de l'ancien site, avenue Jules Ferry.

Pour cet établissement, inauguré en juin 2007, le duo d'architectes a privilégié un principe simple. Leur jeu de volumes rectangles, sorte de Lego géant d'une surface de 17.000 m², sépare strictement les deux fonctions de l'institution. Le quadrilatère de base, qui s'étire sur 140 m de long, est dédié aux activités publiques.
Salle de lecture, auditorium, espace pédagogique ou d'exposition s'y organisent autour de patios vitrés. 
À leur perpendiculaire se dresse le bâtiment de conservation des documents. Les documents y sont répartis dans des alvéoles hermétiques, rangées derrière la paroi vitrée. 
A terme, plus de 76 kilomètres de rayonnages seront disponibles. «Ce sont deux univers étanches, l'un ouvert et chauffé, l'autre noir. Ils sont presque incompatibles», remarque Myrto Vitart. Installés sous une verrière, les lecteurs peuvent donc regarder les magasiniers circuler avec les documents dans les coursives transparentes de la zone de stockage. Et inversement.
 
Sa localisation le rapproche des institutions appelées à verser leurs fonds aux Archives : le Conseil général, la préfecture et différents services de l'Etat.  La présence, non loin de Beauregard, de l'Université Rennes 2 Haute-Bretagne, rapproche des Archives leur public d'historiens. Monumental et mystérieux, le nouveau siège des Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, qui héberge également le service de l'action culturelle du Conseil général, est un équipement public à part entière.  A raison d'environ un kilomètre linéaire d'accroissement annuel, les Archives départementales d'Ille-et-Vilaine ont 40 belles années devant elles pour se développer au coeur de Beauregard.

L'accueil

Le hall comprend un espace d'accueil et d'information à l'intention des lecteurs et du public. Du mobilier coloré, des consignes vestiaires et une boutique complètent l'aménagement de ce lieu. 

 

La salle de lecture

La salle de consultation, d'une surface de 720 m2 , comprend 160 places assises réparties en deux espaces distincts : une salle des usuels, des instruments de recherche et des supports de substitution et une salle des documents originaux.
Le lecteur peut suivre, à travers la verrière de la toiture, le circuit du document qu'il a commandé en observant le travail des magasiniers dans les coursives desservant les magasins.

 

L'auditorium

D'une capacité de 160 places, l'auditorium du bâtiment a vocation à recevoir les manifestations organisées par le service Action culturelle du Conseil général et les Archives : conférences, séminaires ou autres colloques autour de l'histoire, de la culture ou du patrimoine du département. 
D'autres services du Conseil général d'Ille-et-Vilaine utilisent également cet équipement pour la tenue de réunions ou de séances de travail.
80 couleurs différentes ont été utilisées pour les tissus d'habillage des sièges.


 

Les magasins

16 magasins sont équipés de rayonnages fixes. Ils permettent un accès direct aux archives. Ils sont destinés au rangement des documents les plus communiqués ou de formats non standardisés comme les registres. 
Les autres magasins sont équipés de rayonnages denses, utilisés pour la conservation des documents les plus contemporains et uniformes.
Ces rayonnages permettent de stocker deux fois plus d'archives que les rayonnages fixes pour la même surface. 
Leur utilisation requiert une manipulation par les agents de magasinage qui peuvent, à l'aide d'un volant par l'effet de démultiplication des pignons et de chaînes, déplacer les centaines de kilos posés sur les tablettes.


 

Les salles ouvertes au public

La salle de lecture ou salle Jeanne-Laurent (1902-1989)

Originaire de Cast (Finistère), diplômée de l'Ecole des Chartes avec une thèse sur la quevaise, régime agraire propre à la Basse-Bretagne. Affectée à la direction générale des arts et des lettres au ministère de l'Education nationale, Jeanne Laurent fut à l'origine de la décentralisation théâtrale en France et de la création de nombreux théâtres de province, dont la Comédie de l'Ouest. Elle incita également Jean Vilar à fonder le Théâtre national populaire. 

La salle d'exposition ou salle Mona-Ozouf

Historienne française, née à Lannilis en 1931, Mona Ozouf est agrégée de philosophie et directrice de recherches au CNRS. Elle a consacré l'essentiel de ses recherches à l'école publique en France et à la Révolution française. Elle a publié plusieurs ouvrages dontl'Ecole de la France.Essai sur la Révolution,l'utopie et l'enseignement(1984),&Le Dictionnaire critique de la Révolution française(1993 en collaboration avec François Furet) etLes Aveux du romanLe XIXe siècle entre Ancien Régime et Révolution(2001).

La salle du Service éducatif ou la salle Henry-des-Abbayes (1898-1974)

Botaniste français, titulaire de la chaire de botanique à l'Université de Rennes, Henry Nicollon Des Abbayes fut un spécialiste des lichens, domaine dans lequel il demeure l'une des références. Il est également l'auteur de l'ouvrage Flore et végétation du massif Armoricain;(1971). Le nom d'Henry des Abbayes est étroitement associé à la ville de Rennes ou il a enseigné de 1931 à 1968.

L'auditorium Paul Ricoeur (1913-2005)

Paul Ricoeur était l'un de nos plus grands philosophes. Des liens anciens l'attachaient à Rennes dont il était citoyen d'honneur. Il a construit une oeuvre lue dans le monde entier. Cette oeuvre trouve sa source dans une interrogation sur le mal et s'achève dans une réflexion où se croisent les thèmes de la mémoire, de la promesse et de la reconnaissance. Nourrie de multiples héritages et ouverte à toutes les expressions du langage et de la culture, elle vit de la conviction que l'autre est le plus court chemin qui mène à soi.