Home Ille-et-Vilaine.fr

Mediatheque-départementale
  • RSS
  • Nous contacter
  • Nous suivre sur Facebook (Archives)
  • Nous suivre sur Twitter (archives35)

Les ruines de l'église abbatiale Notre-Dame du Nid au Merle à Saint-Sulpice-la-Forêt

publié le 28.11.2014

L'abbaye de Saint-Sulpice from archives 35 on Vimeo.

Un peu d'histoire :
Au début du 12ème siècle, Raoul de la Fustaye et son compagnon Aubert, tous deux disciples de Robert d'Arbrissel, ayant quitté leur abbaye du Poitou pour vivre en ermites dans la forêt rennaise, y fondèrent l'abbaye de Notre-Dame-du-Nid-au-Merle, bâtie selon les règles ordonnançant l'architecture et la sculpture de l'art roman soumise à une règle fontevriste.
 
L’intervention du Département, en quelques dates :
En 1989 : acquisition du site de l'abbaye par le Département.
Entre 1990 et 1998 : réalisation de travaux ponctuels mais néanmoins urgents sur l'édifice.
En 1999 : commande d'un projet architectural et technique à l'architecte en chef des monuments historiques, seul architecte habilité à entreprendre des travaux sur un édifice monument historique classé.
De 2000 à 2003 : campagne de sécurisation et de confortement de l'abbaye, dans sa globalité. Ce qui a représenté un coût global d'investissement, tous partenaires confondus - Département (30%), Drac Bretagne (40%) et Région (30%) - de près d'un million d'euros.
Pour l'anecdote, précisons que le chœur de l'abbaye n'ayant pas été fouillé lors de la dernière campagne de restauration, les archéologues du futur qui s'y intéresseront pourront peut-être y faire de nouvelles découvertes !
 
Depuis le 16 septembre 2005, ce site est accessible au public (en libre accès permanent). Un entretien régulier de ce lieu est assuré par le service des espaces naturels sensibles.
Deux panneaux d'informations installés sur place ainsi qu'un dépliant accompagnent les visiteurs dans leur découverte de ce lieu patrimonial fort.


 
Aux alentours de cet imposant édifice, on peut toujours découvrir divers bâtiments qui appartenaient autrefois au complexe abbatial : la chapelle Notre-Dame sur l’Eau, l’ancienne infirmerie, le cloître, la porterie, le logement de l’abbesse… .

Pour les amateurs de chauves-souris

La vieille abbaye a la particularité d’accueillir ces petits mammifères volants qui viennent se réfugier dans la chapelle Saint-Roul. Les écarts de températures hivernales assez faibles sont propices à leur hibernation. 
Cinq espèces de chauves-souris y ont été recensés dont deux sont protégées par une directive européenne (la barbastelle et le grand murin).